Boutons nos habits les plus biaux

Noël traditionnel du Berry

Boutons nos habits les plus biaux
Que j'ons quand il est fête;
Pour adorer l'enfant nouviau
Ça s'rait t'y malhounête,
Si j'allions en saligauds
Visiter nouter maîte.

Jarnigué ! L'air est ben cuisant
Pour s'ajancer si brave.
Pour moi, je demeure au dedans
On descends à la cave.
Quand on veut m'emm'ner de c'temps
On me fiche une entrave.

Tu fais le délicat et blond,
Du temps tu crains l'injure,
La nuit, déjà couché le long
De c'te masure,
Saoul comme noute couchon,
Craignais-tu la frédure ?

Aga Nannette, t'as raison,
Tu parles comme un prête,
Monsieur l'curé dans son sermon
N'en dit point tant peut-ête :
Tu lis ferais sa leçon,
Tu serais bien son maîte !

Y veut surtout, quoiqu'il en soit,
Que l'on fasse l'offrande.
Puisque cela si fort lui plaît,
Faisons ça qu'il commande.
Pour moi, j'offre sans regret,
Ce que j'ai de ferlande.

Madame Louise prend chemin
Avec nout' assemblée,
Apportant saucisse et boudin
Et vin blanc de l'année…
Et puis j'irons sans chagrin
Honorer l'accouchée.